Comprendre le chercheur dans son milieu naturel: la "peer review"

Publié le par Benjamin

Dans un ancien billet sur le processus de publication scientifique, je décrivais sa pierre angulaire, la "peer review", ou, pour choisir une traduction pas trop littérale, l'évaluation par les pairs. En deux mots, les travaux des chercheurs sont rédigés dans des manuscrits d'articles. Ceux-ci sont soumis à d'autres chercheurs, experts du domaine (les referees), qui (en principe) restent anonymes et dont l'avis est crucial pour décider de la publication. Pour remettre ceci en perspective et si vous souhaitez y passer 5 minutes, vous pouvez regarder cette vidéo (en anglais, mais les symboles aident bien).



Voilà! J'espère que vous avez apprécié le "referee" déguisé en "arbitre"... Bien que l'évaluation par les pairs me soit un peu familière, cette vidéo m'a rappelé au moins deux aspects de ce processus qui ont un fort impact sur la vie des chercheurs. Premier point essentiel, la littérature scientifique qui est passé par le filtre de l'évaluation par les pairs est considérée comme la source primaire du savoir scientifique, même si parfois elle n'est pas exempte d'erreurs, voire de fraudes. On peut donc boucler la boucle idée, hypothèse, expérience, résultat, publication, lecture... et idée! C'est aussi pour cette raison que lorsque l'on souhaite placer un débat sur un plan scientifique, on préfère se rapporter à cette littérature plutôt qu'à des revues de vulgarisation (ou des documentaires), qui sont par ailleurs souvent d'excellente tenue, qui appliquent en général ce même principe et constituent un point de départ appréciable. J'ai plusieurs fois remarqué qu'il pouvait y avoir incompréhension sur ce point, particulièrement quand la discussion impliquait un chercheur et une personne extérieure au monde de la recherche qui ne s'entendaient pas sur ce qu'était une "publication scientifique". De même, c'est le fait de publier dans ces revues à comité de lecture qui valide aux yeux des chercheurs l'activité de recherche elle-même, et non faire des manips dans son garage (ou dans son labo).

Vers la fin de la vidéo, et c'est son grand mérite, vous aurez noté que l'évaluation par les pairs ne se limite pas à la publication scientifique, mais intervient aussi sur des supports un peu moins formels tels que les conférences ou les posters, ceux que l'on déplie à l'occasion des colloques avec un petit noeud au ventre... Elle est également impliquée dans l'attribution des financements de la recherche (du moins la partie "sur projet"), car il convient d'évaluer "en expert" à la fois la portée scientifique de l'idée exposée et la valeur des résultats préliminaires. En un mot comme en cent, l'évaluation par les pairs est l'alpha et l'oméga de l'évaluation du travail des scientifiques. C'est probablement une méconnaissance de cette spécificité qui conduit certains responsables politiques à plaider pour une évaluation des chercheurs fréquente, et surtout administrative. 

Pour finir sur une note plus détendue, cette importance de l'évaluation par les pairs dans la vie scientifique peut expliquer certaines angoisses (témoin le proverbe "publish or perish"), certaines réactions passionnées... comme dans la vidéo ci-dessous. Il s'agit d'une énième parodie de la fameuse scène de colère d'Hitler dans "la Chute". Parodique, certes, mais criant de vérité! On devine le vécu...


Commenter cet article

Tom Roud 02/12/2009


"C'est aussi pour cette raison que lorsque l'on souhaite placer un débat sur un plan scientifique, on préfère se rapporter à cette littérature plutôt qu'à des revues
de vulgarisation (ou des documentaires), qui sont par ailleurs souvent d'excellente tenue, qui appliquent en général ce même principe et constituent un point de départ appréciable."

Tu veux dire que débattre sur le contenu d'e-mails hackés, cela ne compte pas ? On nous aurait menti ?


dvanw 09/12/2009


Très drôle le détournement de "Lachute"...
Ca m'a bien fait rire. Merci et bravo pour l'article, toujours aussi pertinent...

Dans le genre, moins drôle que "La chute" mais plus que la video du dessus :

http://www.dvanw.com/misopoint/revues/



Hervé 19/01/2010


Hum, fraudrait quand-même signaler aussi à quel point ça peut être n’importe quoi, ce processus... papiers jetés comme de la merde par un reviouver et encensés par l’autre reviouver, éditeurs qui
sélectionnent des reviouvers « gentils » dès que l’artivle provient d’un de leurs copains, multiples renvois d’ascenceur, articles publiés malgré des erreurs flagrantes, et le truc à la mode depuis
un moment : reviewers qui demandent une révision consistant à ajouter des citations de leurs propres papiers — vive la bibliométrie.

Je crois avoir quelques années de plus que toi d’expérience de ce processus, et franchement j’en suis revenu...


Corsiglia 01/05/2010



Bonjour,


Je ne suis pas un spécialiste de l'observation des sciences, mais je voudrais savoir un truc simple ( ou peut être apparemment simple ) :


Lorsqu'un programme de recherche est terminé, ou une de ses étapes, que les résultats sont mis en forme, par quel processus se fait la validation du caractère scientifique de ces résultats?
notamment dans les sciences humaines: sociologie, anthropologie,économie, etc...


Merci


FP