Des bactéries intestinales nippones ni mauvaises, adaptées à la consommation de sushis

Publié le par Benjamin

Dans un article publié aujourd’hui dans Nature, des scientifiques nous apprennent que l'intestin des Japonais renferme des bactéries adaptées à la digestion des sushis!

 

On ne va pas feindre de s’en étonner outre mesure, puisque l’on sait au moins depuis les travaux de Gordon que l’obésité modifie la composition de la flore digestive, qui influe en retour sur l'utilisation des nutriments, et donc sur l’obésité. Nous avons également vu dans ces pages que l’activité métabolique de la flore digestive (mais pas forcément la composition de la flore elle-même) était influencée par la consommation de chocolat.

 

Détail amusant, ces travaux au petit goût si exotique ont été réalisés pas si loin d’ici, où l’on étudie les bactéries en bord de mer: la station de biologie marine de Roscoff! On attend donc avec impatience leurs travaux sur les bactéries spécialisées dans la digestion du homard, du beurre salé et des crêpes…

 

L’histoire de cette découverte mérite tout de même qu’on s’y attarde: les chercheurs ont commencé par rechercher les enzymes (donc les gènes encodant ceux-ci) impliqués dans la dégradation des polysaccharides des algues, du classique. Après avoir obtenu des séquences de gènes et des protéines correspondantes, ils les ont tout naturellement comparées aux bases de données existantes. Sans surprise, ces séquences ont été retrouvées dans des bactéries marines, elles aussi susceptibles de mettre des algues à leur menu… et dans un isolat d’intestin humain, Bacteroides plebeius, issu d’un individu japonais (le genre Bacteroides est fortement représenté dans la flore digestive). Subodorant une relation de cause à effet, nos scientifiques ont ensuite recherché le gène de leur enzyme dans les « microbiomes » intestinaux de 13 Japonais et 18 Américains (et pourquoi pas de Bretons, très nombreux sur place ?), et l’ont détecté chez 5 individus du premier groupe seulement. La conclusion qui s’impose alors, tempérée par les petits nombres d’échantillons, est que les Japonais possèdent des bactéries qui leur confèrent la capacité de digérer certains polysaccharides des algues, probablement parce qu’ils en mangent eux-mêmes. En effet, les Japonais consommant régulièrement des algues (14g par jour selon l’article), en particulier par le biais des sushis ; il existe donc une pression évolutive non négligeable (à mon avis, davantage pour les bactéries que pour les humains) pour l’exploitation de cette ressource. Les auteurs supposent que ces gènes ont été importés dans le tube digestif par le biais des algues elle-mêmes, en général consommées crues, où ils furent intégrés par les bactéries de la flore digestive proprement dite, déjà richement dotées en enzymes de dégradation des polysaccharides, qui devinrent alors capables de digérer les algues, pour leur bénéfice et celui de leur hôte.

 

De ces travaux, on retiendra donc l’influence de la culture (alimentaire) sur la composition ou plutôt les fonctions de la flore digestive, et un bel exemple de coévolution où une bactérie intestinale s’est probablement « procuré » des gènes de bactérie marine pour s’adapter au régime alimentaire de son hôte (à moins que ce ne soit le régime qui s’adapte aux bactéries commensales!).


N’oublions pas non plus la petite part de chance qui a permis, un peu par hasard, qu’existe dans les bases de données l’unique séquence qui a mené à ce résultat…

Publié dans Microbiologie

Commenter cet article

Vincent Dorval-Boudreault 23/04/2010



Il y a avantage adaptatif pour les Japonais dans la mesure où les bactéries en question en laissent un peu à leur hôte. Il serait intéressant de comparer l'apport nutritif d'une
algue chez nous par rapport à l'apport nutritif de la même algue, chez ces mêmes Japonais...



Renaud Gagné 23/04/2010



Très intéressant!


Si la flore intestinale peut se modifier d'elle même pour faciliter la digestion d'un produit souvent consommé, peut être peut-on trouver un moyen pour l'empêcher de digérer les produits trop
caloriques?



Daphné 30/04/2010



Article pertinent. Je trouve toujours étonnant de voir que le corps humain a la capacité d'évoluer à son environnement et aux différents modes de vie. Sur une toute autre note, je me demande
si notre métabolisme pourrait éventuellement développer des bactéries de rejet des aliments néfastes, tels les skittles ou le coca! Cela paraît farfelu, évidemment, mais avouez que ce
serait bien qu'il y ait un rejet automatique de toute substance néfaste pour le corps...  


Bref, pour en revenir aux bactéries mangeuses d'algues, l'échantillon utilitsé pour cette recherche me paraît toutefois très petit et une seconde étude aurait permis de confirmer les
résultat et de leur donner davantage de crédibilité.



trassydicosta 13/05/2010










Mathgon 21/06/2010



En train de rédiger ta thèse? si c'est le cas, bon courage!