Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog des Bactéries et de l'Evolution

Ouch!

29 Mai 2009 , Rédigé par Benjamin Publié dans #Le monde de la recherche

J'ai déjà eu l'occasion de l'écrire ailleurs: je reconnais volontiers l'utilité et le caractère scientifique de l'expérimentation animale, mais je ne suis pas un fan absolu. Regardez l'illustration ci-dessous, tirée d'un article de 1976 sur lequel je suis tombé par hasard.

Il s'agit d'un dispositif expérimental pour réaliser des fractures du fémur identiques et standardisées chez le rat (j'en veux pour preuve que toutes ont été réalisées sur le fémur gauche). Cette vision m'a été particulièrement désagréable, tant le dispositif semble implacable et le résultat douloureux. Comble de la froideur impersonnelle, l'opération requiert l'action d'un expérimentateur, qui est ici représenté par une petite flèche! Pour vous rassurer, lachez que les rats étaient anesthésiés au moment de la "procédure" et n'ont pas souffert en vain: cette étude a démontré qu'un anti-inflammatoire utilisé après des opérations ou des traumas pouvait ralentir la guérison d'une fracture, ce qui explique le besoin d'un modèle standardisé.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Helran 24/01/2010 16:46


Ah d'accord, j'avais mal compris et on est bien d'accord alors.


Benjamin 24/01/2010 16:16


Je n'ai peut-être pas été assez clair, mais dans ce texte la froideur impersonnelle désignait la description du dispositif, assez bien illustrée d'ailleurs par la standardisation de l'expérience et
la petite flèche qui symbolise la pression exercée sur le fémur. Je suis bien convaincu que les sentiments de l'expérimentateur sont tout différents de ce qu'il décrit dans le style très policé
d'une publication scientifique.

Si tu veux connaître plus en détail mon point de vue sur l'expérimentation animale, je te renvoie à ce billet http://bacterioblog.over-blog.com/article-27011070.html et je te félicite de faire preuve d'attention envers tes petits
cobayes. 


Helran 24/01/2010 02:32


"Comble de la froideur impersonnelle" --> Non, la je ne suis pas d'accord.

Des commentaires précédents ont déjà exprimer ce que je voulais dire : évolution de l'éthique etc.

Mais de la à parler de froideur impersonnelle, je trouve ça dommage. Je fais de la recherche dans la douleur, en gros je coupe des nerfs pour créer des rats atteints de douleur neuropathique.
Franchement, ca ne me fait pas plaisir et je n'ai pas la froideur que tu cites quand je fais ça.

En contre partie, je "bichone" mes rats comme je peux. J'ai pu remarqué qu'ils se laissent faire quand je dois injecter une drogue (je n'ai pas besoin de les maintenir fermemant, voir de les tenir
tout court, juste de poser mes doigts dessus suffisent et le rat n'est pas pétrifié/freezing et n'est pas non plus en train de se sauver. Alors qu'apparement il y a des labos où ils sont à deux
pour faire ce que je fais sans forcer le rat !) ou les anesthésier... tant les rats contôles que les rats neuropathiques.

Je les entends rarement couinner (et encore, la dernière fois c'est parce que j'avais mis mon doigt sur la suture d'un des rats sans faire exprès -_-).

C'est une question d'habituation, alors forcement ca prends du temps de voir tous les jours ses rats, de faire de "handing" et forcement au début le rat est stressé par le faite de se faire tenir,
manipuler par quelqu'un qu'il ne "connait" pas. Mais l'habituation sert à ça, à les destresser (vaut mieux d'ailleurs, qui dit que les résultats ne sont pas faussé à cause de ça), à leur faire
comprendre comment ce déroule une manip etc...

Alors effectivement, l'expérimentation animale on à pas le choix, mais ca ne veut pas dire qu'on est de cruelle méchant chercheur sadique.


Cath 28/08/2009 14:26

C'est vrai que cela peut choquer. Cependant, si c'est fait sous anesthésie, ce n'est pas pire que ce que tout un chacun peut récolter en tombant dans un escalier. De plus, il s'agit d'animaux d'élevage. Ce n'est donc pas pire que pour le cochon qui finit dans notre assiette. Très intéressant comme blog. Bonne journée.

roland 23/07/2009 22:15

"au moyen âge on aurait sorti 2 ou 3 prisonniers de leur geôle pour faire ton expérience" mais bien sur ...