Lundi 27 septembre 1 27 /09 /Sep 09:01

Grâce aux savantes suggestions d'Amazon et d'un article dont je n'ai plus souvenir, je me suis procuré ce livre intitulé "le gingembre est aphrodisiaque et autres idées reçues sur l'alimentation", attiré que je suis par les mythes relatifs à la santé, qui trop souvent se cachent derrière le "bon sens". Je vous propose donc une rapide fiche de lecture de cet ouvrage.


Tout d'abord, et c'est quand même l'essentiel, j'ai été tout heureux d'apprendre de nouvelles choses et d'abandonner quelques idées reçues. J'ai ainsi appris que le gingembre n'est pas aphrodisiaque, mais aussi que l'orange ne contient pas des quantités astronomiques de vitamine C, ou que les épinards ne sont pas exceptionnellement riches en fer. Ce dernier exemple est assez amusant : les vertus supposées des épinards proviendraient d'une erreur de virgule (donc d'un facteur 10) dans une publication de 1870. Le mythe se serait ensuite enraciné avec... Popeye! Gardons-nous de sous-estimer les effets (sous-)culturels... De même, la croyance que l'orange contient beaucoup de vitamine C trouverait son origine dans le goût d'orange ajouté aux comprimés de pharmacie! Comme l'auteure le souligne à propos, des comprimés au goût de navet auraient peut-être moins de succès, alors que le triste légume contient deux fois plus de vitamine C que le dynamique agrume.

 

oranges
Oranges

Bien d'autres sujets valent le détour, je vous laisse les découvrir. En attendant, je dédicace à Elifsu l'idée reçue que "les noix font grossir", et espère qu'elle sera heureuse d'apprendre que « manger 7 à 20g de noix par jour en plus de son alimentation normale n'aurait pas d'effet sur la silouhette, selon trois études de 2001, 2002 et 2005 ». Apparemment, les noix augmentent l'impression de satiété grâce à leurs fibres et acides gras polyinsaturés... c'est donc un mystère que l'on parvienne à s'enfiler 500g de noix fraîches en une journée.


Parmi les aspects moins positifs de ce livre, on pourrait citer le titre, racoleur, mais l'exemple d'un autre ouvrage (au demeurant excellent) m'a appris qu'il ne faut pas toujours en tenir rigueur à l'auteur. De plus, au fur et à mesure que l'on avance dans le livre, le style comme les sujets traités (cellulite, grossir, maigrir...) relèvent de plus en plus du magazine féminin, ce qui était somme toute prévisible. Enfin, si l'on s'attache aux détails ou aux controverses scientifiques, on pourra regretter un certain manque de profondeur, ainsi que l'absence de mention des sources au fil du texte.


Ceci m'amène à parler un peu de l'auteure, « diététicienne et exploitante en agriculture biologique » selon la quatrième de couverture. Soit dit en passant, un diététicien est un professionnel de la santé reconnu par un diplôme d'état (au contraire d'un nutritionniste, appellation non contrôlée), mais n'est pas un médecin. Cela explique sans doute la présence de l'idée reçue "seuls les médecins nutritionnistes peuvent parler de nutrition", dont le but est de rétablir la place des chimistes et des biochimistes dans les avancées de cette discipline. Enfin, son avis sur les mérites des produits bio pour la santé est à peu près nuancé (c'est-à-dire peu ou pas d'avantage nutritionnel), ce que je salue bien bas, étant donné l'évident conflit d'intérêt.

Par Benjamin - Publié dans : Divers Sciences
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil


 

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés