Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog des Bactéries et de l'Evolution

Comment devient-on chercheur? Première partie : d'abord devenir docteur.

11 Septembre 2007 , Rédigé par Benjamin Publié dans #Le monde de la recherche

J'ai choisi de présenter dans ce billet le parcours classique qui mène à la profession de chercheur, en France et dans un domaine scientifique. En effet, il est possible, chers lecteurs, que vous souhaitiez mieux comprendre la réorganisation de la recherche en France (pourvu qu'elle arrive), les préoccupations des chercheurs qui vont avec, mes prochains billets, ou même que vous souhaitiez vous tournez vers une carrière scientifique! Il se peut que je mette l'accent sur des problèmes méconnus du grand public, mais il faut tout de même garder à l'esprit que l'ensemble en vaut la peine.

Posons tout d'abord quelques définitions: un chercheur est quelqu'un dont le métier est de chercher, soit. Mais dans ce billet, p ar "chercheur", je désignerai les chercheurs titulaires d'un poste en CDI au sein d'une université ou d'un institut (CNRS, INRA, CEA, etc.), et ce statut s'accompagne de l'autonomie et des responsabilités qui caractérisent l'évolution d'une carrière. Pour devenir chercheur, il y a un prérequis valable dans toutes les institutions françaises et dans tous les pays du monde: il faut être docteur ès sciences, c'est-à-dire avoir une thèse de doctorat. Ce n'est malheureusement pas toujours suffisant, et la thèse est généralement suivie d'un post-doc ou plus, période pendant laquelle le jeune docteur (désormais post-doc) est en quelque sorte chercheur en CDD, avant de redevenir chercheur d'emploi.... de chercheur.

devenir-chercheur.001.jpg

Etape 1 : obtenir un master
Le master peut être obtenu après un cursus universitaire ou bien en dernière année d'école d'ingénieur, l'important étant d'arriver à bac+5. En principe, il convient de privilégier des masters "recherche" (ex-DEA) qui ouvrent vers une thèse, alors que les masters orientation professionnelle qui ouvrent sur le monde du travail. je sais, l'opposition recherche/professionnel est assez affligeante. Grâce à la réforme LMD, toutes les années bac+5 des écoles d'ingénieurs équivalent à un master (partout en Europe, au moins).

Comme vous le verrez plus bas, le master est l'année universitaire à ne pas négliger, le classement n'est jamais aussi important à la fac. En particulier, un master recherche s'accompagne d'un stage en laboratoire de 6 mois environ qu'il convient de soigner. Choisissez un bon labo, des encadrants responsables et assurez la soutenance. Ce laboratoire sera peut-être aussi votre laboratoire de thèse (les jurys préfèrent, privilégiant la production à la diversité des expériences), c'est donc une longue histoire d'amour qui commence!

Etape 2 : s'incrire en thèse
Pour s'inscrire en thèse de sciences, il faut:
-être titulaire d'un master recherche (cf ci-dessus)
-avoir un laboratoire d'accueil où travailler
-avoir un directeur de thèse
-décrocher une bourse

Je simplifie ici les démarches administratives, mais j'insisterai particulièrement sur la bourse de thèse. Pourquoi? Parce qu'elle est la condition sine qua non d'une thèse. Non seulement elle assure la subsistance de l'étudiant pendant trois ans, mais les laboratoires refusent catégoriquement les étudiants non financés (il me semble que ce qui était une bonne pratique est aujourd'hui imposé par la loi). Dans la plupart des cas, elle provient du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, parfois d'entreprises ou de fondations. On les obtient en passant divers concours, où la classement (officieux) du master, la qualité du laboratoire d'accueil et la valeur du projet de recherche sont pris en compte. Pour certaines catégories privilégiées, la compétition est moins rude. Ainsi, il existe un réservoir de bourses docteurs-ingénieurs (BDI) dans lequel puisent les étudiants sortant d'une école d'ingénieurs, et des allocations couplées (AC) attribuées aux normaliens et polytechniciens souhaitant faire une thèse. Ce qui n'était encore qu'une "bourse" il y a quelques années a désormais le statut de salaire, avec charges et cotisations sociales. Cette "allocation de recherche" peut s'agrémenter d'un petit bonus si le futur thésard demande à enseigner à l'université, ce qu'on appelle le monitorat. Bref, le thésard est un salarié autonome.

Etape 3 : la thèse!
Une thèse consiste en général en trois ans de travail de recherche dans un laboratoire (d'accord, plutôt 2-3 en maths et 3-4 en biologie), résumés à la fin par un gros manuscrit et une soutenance. On obtient alors le diplôme de docteur, délivré par l'université dans laquelle le thésard est inscrit. Un doctorant est donc à la fois un chercheur "junior" et un étudiant, ce qui a ses avantages, tout en dévalorisant la profession. Le but de la thèse est non seulement d'apprendre le métier de chercheur, mais aussi de "produire" une recherche de qualité. Pour mesurer ce dernier aspect, on attend du thésard qu'il publie ses travaux dans des journaux scientifiques internationaux à comité de lecture (au moins un article en premier auteur, deux c'est mieux, quatre très bien). Une bonne thèse n'est donc pas une thèse où l'on a appris des tas de choses, c'est une thèse pendant laquelle on a publié beaucoup d'articles, ce qui est précieux pour la suite. Tout cela est bien sûr assez difficile, ce qui explique que même Dieu n'a pas eu sa thèse... Non, blague à part, si vous commencez une thèse dans un labo sérieux et avec un peu de persévérance, vous êtes quasiment certain d'en sortir avec les honneurs, soit en tant que docteur ès sciences ou en V.O. : Ph.D. (Doctor of Philosophy). Toute une bande dessinée illustre avec pertinence les divers aspects de la thèse, mais en occultant la plupart des points positifs comme... heu...

Mais qu'importe les petites déceptions du quotidien, les expériences qui ratent! Vous verrez dans le prochain billet comment un jeune docteur devient un jeune chercheur!




Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

S. 31/07/2008 11:04

Les écoles doctorales mettent de plus en plus la pression aux labo pour interdire les thèses sans financement, pour avoir des étudiants qui puissent se consacrer uniquement à leur thèse et la finir dans les sacro-saints 3 ans qui sont terriblement difficiles à respecter dans certains disciplines ou des facteurs externes peuvent facilement faire prendre du retard (autorisation d'études de collections qui trainent, perte de matériel, ect ...). Mais il faut tout homogeneiser ...SInon j'insiste pour les futurs thesards qui lisent le blog sur la nécessité de bien choisir son laboratoire et son encadrement, car quand des problemes sur le sujet arrivent, il n'est pas toujours possible en tant que jeune chercheur apprenti de les regler, et si personne ne vous soutient derriere ... adieu la petite échelle pour arriver au poste de chercheur !

Helran 30/07/2008 19:37

Pour la bourse de thèse, cela dépend des écoles doctorals, à Strasbourg, l'école doctaoral de sciences de la vie exige une bourse sinon pas de thèse.Au passage, excellent blog, je vais continuer à le suivre.

Nat 26/11/2007 19:49

En effet, je viens de soutenir une thèse en lettres avec félicitations du jury qui sera publiéée en janvier, et ... je n'ai jamais eu de bourse. J'ai dû travailler à plein temps ou à temps partiel pendant toutes mes études et dans les domaines les plus divers. Cela va pour encourager à tous ceux qui n'ont pas eu la chance d'avoir une bourse.Comme Erwan, je pense aussi que la qualité des rapports avec le directeur de thèse est essentielle.

Erwan 04/10/2007 12:52

Bonjour,je me doute que cette note destinée au grand public ne peut pas rentrer dans tous les détails et la variété des situations, mais il me semble utile de pérciser que :1) l'obligation de financement pour une thèse n'est pas écrite dans la loi. En particulier, la majorité des thèses en Sciences Humaines et Sociales (SHS, par opposition aux sciences exactes) se fait sans financement (autre que des petits jobs d'étudiant).2) en revanche le fait que tout financement de thèse soit un salaire est écrit dans la loi, tout simplement parce que sinon ce serait du travail au noir. Ceci n'empêche pas le fait qu'encore aujourd'hui de nombreux financements de ce type continuent d'être attribués.3) "si vous commencez une thèse dans un labo sérieux et avec un peu de persévérance, ..." -> j'ajouterais une condition : "et si la relation avec votre (vos) encadrant(s) se passe bien". j'ai été surpris du nombre de thèses abandonnées pour des raisons de ce genre.(pardon pour ces commentaires assez pessimistes, je suis un postdoc un peu désabusé !)

Loïc Pottier 04/10/2007 09:30

Au début de votre post, le shéma et le texte comportent un oubli de taille: une des voies les plus importantes pour devenir chercheur est constituée par les écoles normales supérieures, qui ne sont pas des écoles d'ingénieurs.Cordialement.