Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog des Bactéries et de l'Evolution

Les postulats de Koch

10 Janvier 2007 , Rédigé par Benjamin Publié dans #Microbiologie

Si vous fréquentez un peu l'envers du décor dans les hôpitaux, vous avez pu entendre un médecin parler irrévérencieusement de "tubar qui crache des BK". J'explique : un "tubar", c'est un patient atteint de tuberculose, une maladie qui provoque de violents toussements qui expulsent des "BK" ou bacilles de Koch (Mycobacterium tuberculosis, qui provoque la tuberculose). La tuberculose est donc une maladie infectieuse qui a été découverte par Robert Koch (ci-contre) en 1882, en plein boom de la théorie microbienne des maladies. ce fut pour Koch l'occasion d'appliquer ses fameux postulats. Si l’on s’intéresse à une certaine maladie et que l’on suspecte un microorganisme d’en être responsable (on l’a retrouvé dans le sang de patients, etc.), on doit appliquer les postulats de Koch pour être un bon microbiologiste1 :


1 L’organisme soupçonné doit être présent dans tous les cas de maladie et absent des animaux sains

2 Ce microbe candidat doit être cultivé en culture pure

3 Les produits de cette culture pure doivent causer la maladie chez un animal sain

4 Le même organisme doit pouvoir être isolé de l’animal ainsi inoculé.

5 Tu ne convoiteras point les publications de ton prochain (heu, non, pas celui là)

Si toutes ces conditions sont remplies, on peut conclure que le microorganisme étudié est responsable de la pathologie. Pour filer la métaphore mathématique, on pourrait même dire qu’il est nécessaire et suffisant. Remarquez à quel point ce même raisonnement, logique, s’est étendu à la biologie moléculaire, à la génétique2 : il suffit de remplacer “microbe” par “gène” ou “allèle”, “maladie” par “phénotype”, “inoculation” par “mutation” ou “transgénèse”. Toutes les étapes des postulats ne sont pas réalisables chez l’homme, c’est pourquoi on voit fleurir des articles sur les gènes de l’alcoolisme, de la violence… Souvent, il ne s’agit au départ que d’une corrélation observée dans une population, donc qui ne satisfait qu’imparfaitement au premier postulat ; le journalisme fait le reste.

Les postulats de Koch ont rendu d’immenses services à la microbiologie et à la médecine, et en rendent encore à notre époque, tant les pathologies émergentes sont fréquentes. En revanche, cette méthodologie rencontre assez vite ses limites : on ne peut pas cultiver tous les microorganismes, loin de là. Peut-être ne s’agit-il que d’un problème seulement technique, trouver la bonne recette, mais il peut aussi être conceptuel : la majorité des microorganismes vivent probablement en consortium, vastes communautés où un grand nombre d’espèces coopèrent obligatoirement. Comment alors réaliser une culture pure? De même, on commence à appréhender des maladies génétiques multifactorielles, où plusieurs gènes sont impliqués à la fois ; dans ce cas, c’est une analyse de corrélation qui pourra nous dire quels gènes (ou quels facteurs environnementaux…) sont peut-être impliqués.

Pourquoi vous raconter tout ça? Pour pouvoir vous parler librement de l’obésité dans un prochain billet. On y verra non pas quels gènes sont impliqués dans cette pathologie de plus en plus préoccupante, mais plutôt quelles bactéries… Mais j’en ai déjà trop dit.

Un dernier mot pour dire qu'il se trouve encore des gens pour contester la théorie microbienne des maladies (voir cet article scandaleux et ses commentaires ; internet est décidément une terre de liberté, pour le meilleur comme pour le pire). Cela m'indigne et m'effraie : certaines maladies sont interprétées comme un désordre intrinsèque (le stress, une mauvaise alimentation, que sais-je encore) non dû à un microbe, alors qu'elles sont réellement dangereuses, infectieuses et contagieuses, comme le sida!


1. Brock Biology of Microorganisms

2. J'extrapole un peu ; disons que le même raisonnement a été appliqué avec succès à la génétique, à la physiologie, ce qui me permet de saluer au passage les travaux de Claude Bernard. Dans la suite, j'amalgame les postulats et les raisonnements analogues car tel est mon bon plaisir.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Emmanuel 11/01/2007 15:23

Assez des bons articles .... ! A quand un bacterioblog BILINGUE ?Manu