Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog des Bactéries et de l'Evolution

L'Histoire de la Terre

19 Novembre 2006 , Rédigé par Benjamin Publié dans #Le monde de la recherche

La Recherche, sans doute l'une des deux meilleures revues françaises de vulgarisation scientifique, a sorti son numéro hors-série intitulé "l'Histoire de la Terre". Je l'ai aussitôt acheté car je suis avide de Géologie, et tout particulièrement de synthèse quant à l'histoire de notre globe : quelle a été la chronologie complète de la dérive des continents? l'histoire des climats, des bascules de la planète ou de son champ magnétique? Et pourquoi ne pas superposer l'histoire géologique à l'histoire biologique? Bref, je m'attendais à une belle histoire de la Terre linéaire et synthétique, j'ai été déçu.

Dans ce numéro, il s'agit plus d'une revue des méthodes de la Géologie moderne appliquées à certaines problématiques, à l'éclairage de quelques coins d'ombre dans la chronologie. On y trouve des interviews de scientifiques, des pages entières sur les méthodes d'investigation dont ils disposent, quelques points de synthèse sur des principes de Géologie ("la remontée du magma") et bien sûr d'inévitable sujets d'actualité : les prémices d'un séisme et Google Earth, nouvel outil puissant et pas cher pour les géologues. Les éléments d'une chronologie complète du globe sont bien là, mais épars, ce qui demande beaucoup d'efforts et aussi de connaissances à celui qui voudra la reconstituer.

Une dernière petite morale, pour la route : cette "Histoire de la Terre" est sous-titrée "4,5 milliards d'années d'évolution". J'entends d'ici Etienne D. de mes connaissances s'étrangler de rage et fustiger "la propagande du CNRS". Il se trouvent que certaines des personnes qui contestent l'évolution des êtres vivants contestent aussi l'âge de la Terre et toutes les méthodes de datation, mais le mot "évolution" possède bien deux facettes différentes : la première est la facette biologique, la seconde est plutôt "astronomique". Alors que l'évolution biologique traite des changements héréditaires survenus dans les lignées vivantes par l'action du hasard, l'évolution astronomique traite des changements prédictibles car déterministes qui surviennent dans l'histoire d'une planète ou d'une étoile. Ainsi, selon sa masse, on sait prédire le devenir d'une étoile comme le soleil. Le titre de la revue dont il est question aujourd'hui est un des rares exemples où les deux sens prêtent un tant soit peu à confusion. Darwin lui-même ne souhaitait pas utiliser le terme "evolution", qui ne figure que dans les dernières phrases de l'Origine des Espèces et que probablement il souhaitait réserver au monde géologique. Je vous les restitue ici, mais sachez qu'elles sont (très bien) commentées dans le dernier livre de S. J. Gould, "Cette Vision de la Vie". Vous comprendrez vite le lien entre cette citation et le titre du dernier opus de Gould :

There is grandeur in this view of life, with its several powers, having been originally breathed into a few forms or into one; and that, whilst this planet has gone cycling on according to the fixed law of gravity, from so simple a beginning endless forms most beautiful and most wonderful have been, and are being, evolved.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Benjamin 02/07/2007 22:15

Cher Etienne, tout d'abord j'espère que vous vous portez bien, en tout cas vous m'avez paru en forme.Yves Coppens est loin d'être mon archevêque, et j'aimerais bien que vous spécifiiez en quoi il est lamarckien. Puisqu'on en parle, il est vrai que des processus de type lamarckien sont à l'oeuvre dans l'hérédité, que cela est bien démontré (je pense par exemple aux méthylations de l'ADN, aux ARN interférents, etc. qui sont héritables), mais aucun n'agit à l'échelle géologique. Il n'y a là aucun scoop pour quiconque a étudié la biologie ces dix dernières années.Je ne sais pas quelle idée tordue vous vous faites de la recherche, mais les scientifiques non spécialistes ne parlent pas d'évolution dans leurs publications, dans leurs concours de recrutement, ni dans les cocktails mondains dont vous parlez. En d'autres termes, les biologistes (et même les scientifiques) sont bien libres d'être créationnistes pourvu qu'ils ne travaillent pas en Evolution, et pour cause: les arguments scientifiques leur manqueraient très vite!Enfin et SURTOUT, si le fait de percevoir un salaire vous paraît être un symptôme de corruption, ouvrez bien grand vos yeux pour une fois, et répondez à ces deux questions:-combien gagne un chercheur CNRS ou maître de conf qui vient d'être recruté?-combien Raël s'est-il fait d'argent avec ses mensonges? (je suis grand seigneur, je ne compte pas les petits à-côtés, comme le harem, les voitures...)Qu'est-ce qui rapporte le plus par personne? Vous ne voulez pas vous poser la question? tant pis, j'aurais essayé...

Etienne Didoult 27/06/2007 15:40

Monsieur,Premièrement, je ne mets pas pas en rage : jamis. Je laisse cela aux inconscients et sectaires, dont vous êtes. Vous seriez sectaire ???? Oui, voici pourquoi, vous plrlez d'évolution, et non d'évolutionnisme.Même VOTRE archévêque transformisto-évolutionniste YVES COPPENS n'est pas tout-à fait évolutionnistede votre camp : en effet, comme beaucoup de GRANDS, il est lamarckiste ! (renseignez-vous)...Une ignominie, un pêché contre la science, la rationalité : peu importe ! On rste dans la mouvance laïciste qui a motivé votre Prphète , celui de votre secte : la religion ééolutioniste.Réveillez-vous, arrêtezz de croire à ces balivernes parce que soa blouse est celle d'un chercheur rémunéré par l'Etat......Vive la Liberté !Ne vous méprenez pas, votre Religion (la religion évolutionniste) esttoujoyrs autant "faschion", vous pouivez aller briller dans vos cocktails dérisoires parce que "hasardoïdes"... Mon étude Créationniste Rationnelle Athée n'entamera pas votre gagne-pain de serveur soumis au CNRS doctrinaire et enrégimentant des centaines de millions de personnes dans viotre Religion ultra-dominate. La Religion Evolutionniste : OUI, une religion !Etienne DIDOULT - France