Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog des Bactéries et de l'Evolution

La sélection sexuelle selon Erasme Darwin

22 Mai 2009 , Rédigé par Benjamin Publié dans #Evolution

En cette année Darwin à plus d'un titre (allez sur le blog créé pour l'occasion!), nous aurons largement célébré la théorie de l'évolution par sélection naturelle, formulée dans l'Origine des Espèces. Qu'est-ce à dire? Les organismes vivants subissent des changement héréditaires (les mutations), dont certaines accroissent leurs chances de survivre et d'avoir une descendance dans un environnement donné, qui impose donc une sélection "naturelle". Les mutations favorables sont donc plus fréquentes dans la génération suivante, les caractères correspondants aussi, l'espèce évolue!

La condition de l'évolution, c'est donc la capacité à avoir plus de descendants que la moyenne. Ne peut-on pas imaginer un autre facteur que l'environnement qui pourrait influer sur ce résultat? Voyons voir: si vous voulez beaucoup de descendants, il est préférable de trouver un partenaire, et encore mieux, d'obtenir son accord pour vos grands projets (à défaut, munissez-vous d'un bon nettoyant pour jantes). C'est malheureusement le problème avec les Eucaryotes "supérieurs" dont nous faisons partie, il faut être deux pour procréer. Le partenaire a donc son mot à dire, surtout les femelles, puisqu'elles investissent beaucoup dans la reproduction; c'est la sélection sexuelle, qui sera traitée en détail dans un futur bilet (je crois).

Certaines voix s'élèvent pour que l'on rappelle que Charles Darwin a aussi théorisé la sélection sexuelle dans son deuxième ouvrage majeur, la Filiation de l'homme et la sélection liée au sexe. C'est par exemple le cas de David Hosken dans une lettre adressée au journal Nature le mois dernier: pour ce chercheur, la sélection sexuelle marque la différence de Darwin par rapport à Wallace, et permet d'expliquer bien des phénomènes qui semblent paradoxaux à la lumière de la sélection naturelle (les combats de mâles, les atours extravagants de certains oiseaux...). Soit. Cette lettre n'appelait pas vraiment de réponse, mais Christopher Upham Murray Smith a tout de même pris la plume à son tour pour objecter que c'est en partie à Erasme Darwin, grand-père de Charles, que l'on pourrait attribuer la (grand-)paternité de la sélection sexuelle!

Si vous avez lu ce billet sur les précurseurs de Darwin, vous savez que le médecin et poète avait formulé (en vers) quelque chose qui ressemblait à la théorie de l'évolution avant Lamarck. Voici la citation de l'aïeul dénichée par Smith dans le premier volume de Zoonomia (ou les lois de la vie organique) publié en 1794, et bien connu des historiens de l'évolution:

"The three great objects of desire, which have changed the forms of many animals by their exertions to gratify them, are those of lust, hunger, and security" [Ma traduction approximative : "Les trois grandes envies, qui ont changé les formes de bien des animaux par les efforts qu'ils ont faits pour les satisfaire, sont la luxure, la faim et la sécurité"]

La "faim" et la "sécurité" évoquent la lutte pour la survie, la sélection naturelle, tandis que la "luxure" introduit l'idée de sélection sexuelle chez ces petits fripons d'animaux! Plus loin, on lit aussi:

"The final cause of this contest amongst the males seems to be, that the strongest and most active animal should propagate the species, which should thence become improved" ["le résultat de cette compétition entre les mâles est que les plus forts et les plus actifs propagent l'espèce, qui s'en trouve donc améliorée"]

Nous y sommes! Les mâles sont en compétition pour la reproduction, qui est donc un processus sélectif, et cette sélection change l'espèce au fil des générations! Ceci étant établi, il peut être intéressant de chercher ce qui manque dans le discours d'Erasme. Tout d'abord, il suppose que l'espèce s'améliore, ce qui n'est pas nécessaire en évolution. Faut-il lui en tenir rigueur alors que cette conception est encore trop répandue deux siècles plus tard? Plus important peut-être, il ne conçoit pas la sélection sexuelle comme une force indépendante de la sélection naturelle: pour lui, elle sélectionne toujours les "forts" et les "actifs", alors que son intérêt est au contraire d'expliquer pourquoi certains caractères neutres ou même désavantageux au premier abord peuvent être sélectionnés.


PS: billet récent à relier au thème de la sélection sexuelle : la guerre des sexes chez Lydie (pas vraiment chez elle, mais sur son blog, vous m'aurez compris)

PPS: je m'essaie à Twitter pour les petites réflexions en passant et tout ce qui me passe par la tête, c'est ici.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article