Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog des Bactéries et de l'Evolution

Ondes cérébrales

19 Mai 2009 , Rédigé par Benjamin Publié dans #Science & Société

Comme les affaires (bloguesques) reprennent, je vais peut-être pouvoir partager avec vous quelques histoires que j'ai relevées ces derniers temps. Ne vous étonnez pas si elles paraissent plus brèves que d'habitude*!

Ma première histoire, que vous connaissez probablement, se déroule à Saint-Cloud. Il se trouve que l'opérateur de téléphonie mobile Orange avait récemment installé des des antennes-relais dans cette riante commune de l'Ouest Parisien. Malheureusement, des Clodoaldiens (car c'est ainsi qu'on les nomme) ont rapidement éprouvé des problèmes de santé : troubles du sommeil, saignements de nez... Tout naturellement, ils ont porté plainte contre Orange pour ces nuisances manifestement dues aux antennes... qui, d'après Orange, n'avaient jamais fonctionné.

J'aurais donné cher pour voir la tête des riverains. Les ondes qui les rendaient malades étaient donc dans leurs têtes, influençant leur corps, d'où mon titre. Mais il reste que leurs symptômes étaient bien réels, et une pure coïncidence paraît aussi improbable qu'un fonctionnement des antennes en l'absence d'alimentation. L'un des résidents avait-il réglé son wi-fi un peu fort avant l'entré en vigueur de la loi Hadopi? L'eau courante était-elle radioactive? L'explication porte un nom de restaurant d'entreprise, l'effet "nocebo", inverse de l'effet placebo mais reposant sur le même principe. Je sais, scientifiquement on n'est pas plus avancé qu'en invoquant la "trouille". On savait déjà la perception du risque peu rationnelle, en particulier lorsqu'un facteur n'est pas maîtrisé par l'individu (qui peut choisir de ne pas fumer, plus difficilement d'habiter  plus de km d'une centrale nucléaire), mais là, on franchit un palier: la perception d'un risque réalise les craintes!

Pour ma part, j'aime bien cette petite affaire. D'abord, elle illustre l'importance de la psychologie dans le domaine de la santé. Ensuite, elle pose des questions rigolotes en termes de gouvernance: cette affaire décrédibilise-t-elle les lobbies anti-ondes? Faut-il invalider les décisions de justice déjà rendues qui ont abouti à des retraits d'antennes? En viendra-t-on à prescrire des placebos contre les ondes? Comment prouver l'innocuité des antennes dans ces conditions**? Des symptômes "nocebo" sont-ils une raison suffisante pour retirer une antenne? Et pourquoi pas, si ce sont les mêmes?


* Pour les très brèves histoires, j'essaye Twitter

**D'après l'Académie de Médecine, les antennes relais exposent beaucoup moins que les téléphones eux-mêmes, et aucun risque ne semble avéré. A suivre, comme toujours....

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laurent Berthod 27/08/2009 10:35

"Des symptômes "nocebo" sont-ils une raison suffisante pour retirer une antenne?"A mon avis la réponse est non. Ce serait renforcer la croyance en la nocivité des antennes relais donc multiplier les cas d'effet nocebo, donc faire plus de malades, d'un côté, et plus de gens privés de la téléphonie mobile, de l'autre. Que des malheureux en plus grand nombre, en somme !

Xochipilli 25/05/2009 00:48

Je crois que l'une de tes questions résume bien le débat: "Comment prouver l'inocuité des antennes?"Aux yeux des associations type Robin des toits, ces cas de nocebo ne prouvent en rien l'inocuité des antennes et ce genre d'anecdote ne décrédibilise donc pas leurs revendications.A mon sens, cette quête de preuve de l'inocuité est un non-sens: on peut mesurer la dangerosité d'une techno mais on ne pourra jamais prouver son inocuité, tout simplement car l'éventail des risques imaginaires est infini!

Benjamin 20/05/2009 17:26

Le complot me paraît peu probable : il aurait fallu que les opérateurs démarchent plusieurs résidents, et une manoeuvre aussi véreuse aurait forcément engendré des fuites

zulunation 19/05/2009 11:23

Cette courte remarque n'ôte rien à l'intérêt de l'article en tant que tel.Dans ce cas particulier des antennes hors fonction mais engendrant des nocivités chez certains, je suis étonné de n'avoir nulle part lu qu'il pouvait peut être s'agir d'un "complot", d'une "pression" (lobying) organisée par les opérateurs eux-mêmes (ou leurs proches ...) afin de précisément décrédibiliser les mouvements d'usagers qui naissent et croissent ici et là ..!Pourtant, dans le cas inverse (cas où des antennes relais fonctionnent bel et bien), c'est très souvent que l'on évoque la thèse des "pressions" ou autres plaintes manupulées par des organisations du type "Robin des Toits" ou semblables ...Amicalement