Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog des Bactéries et de l'Evolution

Einstein et les abeilles, l'éternel retour

16 Avril 2008 , Rédigé par Benjamin Publié dans #Science & Société

Je souhaitais rebondir sur un commentaire d'un lecteur, à la suite du fameux billet sur la citation d'Einstein au sujet de la disparition des abeilles. En substance, ce billet rappelle que Einstein n'a probabalement jamais prononcé la célèbre phrase "le jour où l'abeille disparaîtra, l'homme n'aura plus que quatre années à vivre"*, quelle que soit par ailleurs l'importance écologique des abeilles. Ce lecteur, nommé Beurk, nous dit ainsi que "l'on pourrait presque écrire un livre entier avec les pseudo-citations d'Einstein". La réalité est bien pire, et après un petit tour en librairie qui date de quelques semaines, je suis en mesure de le prouver: il suffit d'une seule pseudo-citation pour faire un livre!


C'est assez malin: sur la manchette, en dessous de la "citation", on peut lire "attribué à Albert Einstein", mais en quatrième de couverture, il est écrit que cette phrase lui est attribuée "probablement à tort". L'auteur reconnaît donc explicitement la non-paternité d'Einstein, mais trouve le moyen 1) de faire son titre de cette fausse citation, et 2) de faire figurer le nom d'Einstein sur la couverture, avec des réserves tout à fait cryptiques. Mauvaise foi ou bonne publicité?

* assertion qui s'avère fausse si l'on considère que les Inuits n'ont pas besoin des abeilles, mais bon.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Felice 20/06/2008 08:48

Merci d'avoir rétabli la vérité sur cette fameuse citation.... à ma grande honte, je l'ai moi-même utilisée dans un travail d'étudiante...Je trouve que vous avez raison de dire que cette phrase, en dehors de la question de qui la écrite, ne semble pas juste. Strictement, c'est vrai, je pense que l'humanité vivrait un peu plus que 4 ans... (quoique, avec les réactions en chaîne, cherté des denrées alimentaires, carences et maladies liées, émeutes de la faim, migrations d'affamés, guerres... ça peut aller vite !)Quelques remarques : effectivement, les abeilles défendues par les apiculteurs (celles qui vivent en colonies, qui sont domestiquables en ruches) sont d'une extrême importance pour l'équilibre écologique. Mais il existe aussi d'autres pollinisateurs, par exemples les dizaines d'espèces d'abeilles solitaires, les bourdons, certains papillons, qui pâtissent autant des problèmes qui touchent les abeilles domestiques, et qui sont nombreux (connaissiez-vous le déséquilibre alimentaire d'abeilles qui ne butinent que le colza ou le tournesol, et dont la dernière génération, celle qui doit passer tout l'hiver, est trop faible pour survivre jusqu'au printemps...voir http://www.jacheres-apicoles.fr/)Un comble : dans les grandes exploitations "apicoles" possédant plusieurs centaines de ruches, les abeilles solitaires et autres pollinisateurs disparaissent à cause de la concurrence ! Mettez une bonne attaque de varroa là-dessus, et la presque totalité des pollinisateurs disparaît d'une zone...Quand trop d'abeilles tue l'abeille...Bref, dans cette histoire, il faut voir plus large que le problème des apiculteurs. A part ça, je souhaite bonne chance à votre unique ruche, j'en ai une aussi, qui va très bien, sans traitements anti-varroa ou autre, sans maladie.PS: vous avez le regard un peu étroit pour les Inuits, non ? Ils ne vivent, malheureusement pour eux, pas tout à fait dans un monde clos. Abeilles ou pas, on voit déjà qu'ils souffrent énormément des répercussions de ce qui se passe AILLEURS sur la planète... le taux de suicide chez leurs adolescents serait sans commune mesure.