Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog des Bactéries et de l'Evolution

Les bactéries sont-elles des êtres primitifs? (première partie)

13 Février 2008 , Rédigé par Benjamin Publié dans #Microbiologie

Comme nous l'avons vu dans un billet antérieur (et grâce à un numéro de La Recherche), il existe nombre d'idées reçues  en sciences. Ceci n'a rien détonnant, car pour un ensemble de personnes donné, il existe de nombreux domaines scientifiques dans lesquels toutes sont profanes! Ainsi, on peut aisément qualifier l'affirmation : "les bactéries sont des êtres primitifs" d'idée reçue, car elle est fréquemment reprise, éventuellement avec des variantes, y compris dans des textes de vulgarisation, des articles de presse, etc. Il me faut aussi préciser que toutes les idées reçues ne sont pas nécessairement fausses; en revanche, beaucoup sont répandues parce qu'elles ont au moins l'apparence de la "vérité". Je vous propose donc de considérer pourquoi cette affirmation en particulier paraît convaincante, puis de chercher en quoi elle peut être trompeuse.

Tout d'abord, si l'on devait se figurer une forme de vie primitive, un être vivant cellulaire très ancien qui aurait donné naissance à d'autres espèces plus complexes, l'un des premiers qui auraient vécu à la surface de la Terre, le modèle d'une bactérie s'impose bien vite à l'esprit. A cela, il y a une raison très simple: les bactéries sont simples.

Figure 1 : bactérie simple, voire primitive
bact-rie_primitive.jpgPour commencer, les bactéries sont constituées d'une seule cellule, contre des milliers de milliards pour un humain moyennement sophistiqué. Les bactéries n'ont donc pas d'organes, pas de foie, pas de rein, pas de cerveau! Ensuite, à l'échelle de leur unique cellule, les bactéries se distinguent encore par leur austérité: alors que les cellules des Eucaryotes (animaux, champignons, végétaux) comportent des replis, des sacs et des vésicules, la cellule bactérienne ne présente aucun compartiment (sauf exception, bien sûr). Elle ne possède pas non plus  de noyau, compartiment qui renferme l'information génétique chez les Eucaryotes. C'est même là que se trouve la définition même des bactéries: le terme de bactéries renvoit aux organismes "Procaryotes", dépourvus d'un vrai noyau. Or, il est plus probable que le noyau et tous les compartiments soient apparus au cours de l'évolution plutôt qu'ils aient été présents "au départ"; l'absence de compartiment est donc un caractère ancestral.

Les bactéries n'ont pas de noyau, mais elles ont tout de même de l'ADN. A première vue, comment s'organise cette information génétique? Elle semble est assez sommaire: le génome d'Escherichia coli est constitué de 4,6 millions de nucléotides qui codent environ 4 000 gènes, contre 3 milliards de nucléotides et un peu plus de 20 000 gènes pour l'homme, qui n'est même pas champion en la matière! Les bactéries ont donc peu de gènes, alors que le nombre de ces derniers est souvent perçu comme une mesure de la complexité d'un organisme (de moins en moins, depuis que l'on sait que l'homme a si peu de gènes).

On pourrait également ajouter, pour faire bonne mesure, l'existence de bactéries "extrémophiles", vivant dans des conditions qui ont probablement régné en ces temps où la Terre était jeune (sources hydrothermales, etc.). Beaucoup de ces bactéries ont été classées dans un nouveau domaine du vivant, et longtemps appelées "archéobactéries", littéralement "bactéries anciennes". Le message est clair! Ces bactéries sont en quelque sorte des coelacanthes, des fossiles vivants, et sont restées figées depuis 3 milliards d'années!

La cause semble donc entendue: les bactéries sont des organismes simples, ressemblent probablement à l'ancêtre commun des bactéries et des hommes. Les bactéries sont donc des êtres primitifs.

Vraiment? Nous verrons un contre-argumentaire dans le prochain billet!

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article