Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog des Bactéries et de l'Evolution

Théodore Escherich et Escherichia coli

1 Mai 2008 , Rédigé par Benjamin Publié dans #Microbiologie

Je suis vraiment un microbiologiste indigne. Je ne vaux pas mieux qu'un eucaryotiste, car l'année 2007 s'est déjà écoulée sans que je vous entretienne de Théodore Escherich.

Théodore Escherich est né en 1857, quelque part en Bavière. J'ai donc raté le 150ème anniversaire de sa naissance, célébré en 2007 par un congrès à Würzburg, ville où il poursuivit une partie de ses études. J'aurai probablement une deuxième chance pour le centenaire de sa mort, en 2011. Comment Escherich a-t-il mérité un congrès, qui plus est de microbiologie? Fils d'un statisticien médical, il étudie la médecine et se spécialise en pédiatrie. Docteur en 1881, il commence à exercer à Munich, et cherche dans la microbiologie la racine de certaines maladies pédiatriques. En 1885, c'est en étudiant la flore digestive des enfants et des nouveaux-nés qu'il isole et caractérise une bactérie qu'il appelle bacterium coli commune, mais qui portera plus tard son nom, Escherichia coli. L'origine du nom Escherichia étant allemande et non latine ou grecque, il convient donc de le prononcer avec des "ch" plutôt qu'avec des "k", et non, je ne sais pas ce que ça donne en ch'ti. Notez que le nom d'Escherich a été donné à l'espèce E. coli en 1919, soit après sa mort, selon les règles de l'étiquette et de l'étiquetage des espèces, c'est pas comme certains...


Escherichia coli, aussi appelée Bacillus coli lors du XXème siècle, ou encore colibacille dans le langage courant, est tout simplement la star absolue des bactéries, l'organisme modèle le mieux connu et le plus intensivement étudié par les bactériologistes (ou par les scientifiques des autres disciplines, lorsqu'ils veulent s'encanailler à la paillasse). Bacille à Gram négatif de la famille des Enterobacteriaceae, elle n'est normalement pas pathogène, se multiplie rapidement, peut être cultivée sur divers milieux de culture, y compris les plus simples. La souche de laboratoire vintage, K12, possède un plasmide et un bactériophage lysogène, soit un représentant de chaque type d'élément génétique accessoire. E. coli avait donc tout pour devenir une bactérie modèle en microbiologie, et effectivement, elle a conquis ses lettres de noblesse au milieu du XXème siècle, rapportant le prix Nobel à  Lederberg (1958), Hershey et Luria (1969), Jacob et Monod (1965). Ce dernier, qui élucida chez sa bactérie préférée la régulation de l'expression des gènes, eut cet aphorisme célèbre: "ce qui est vrai pour Escherichia coli est vrai pour l'éléphant", bien sûr excessif, mais qui illustre la valeur de cette brave bactérie en tant qu'organisme modèle, qui nous a dévoilé bien des mystères. 

Mais Escherichia coli n'est pas qu'une bête de laboratoire, elle est aussi versatile, ainsi que les microbiologistes se plaisent à la qualifier. En effet, au sein de l'espèce E. coli, certaines souches sont inoffensives, et d'autres pathogènes. Si vous avez lu ce billet sur la notion d'espèce bactérienne, vous savez déjà que l'agent de la dysentrie, Shigella, appartient à l'espèce E. coli. On y trouve aussi des souches qui provoquent des infections urinaires, des infections digestives, et parmi ces dernières, probablement la pire de toutes, E. coli O157:H7, qui peut en plus provoquer des complications rénales graves (le syndrome hémolytique-urémique, ou SHU), notamment chez les enfants... ce qui nous rappelle à propos que Théodore Escherich était pédiatre.

Si vous restez sur votre faim en ce qui concerne Escherichia coli "dans la vraie vie", je vous concocterai un petit billet sur son écologie et sa physiologie.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Benjamin 26/09/2008 16:19

en ce qui concerne les bactéries à vérotoxines (ou encore shigatoxines), je ne peux pas prétendre connaître tous les modes de contamination, mais les plus connus sont la viande de boeuf (on n'appele pas cette bactérie la coli-burger pour rien) et les légumes (en y reflechissant, les bactéries du tube digestif finissent .En revanche, un SHU est une complication qui peut résulter de l'infection par cette batérie traitée avec un antibiotique qui aggrave sa toxicité, à travers un mécanisme assez subtil mais parfaitement logique.

CELINE 22/09/2008 14:24

Bonjour,Connaissez-vous ltous es modes de contamination de l'EColi à vérotoxine ?Pour ce qui concerne les effets "dans la vraie vie" je peux parler du SHU: mon fils a subi cette bactérie...