Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog des Bactéries et de l'Evolution

Aucun rapport: chroniques sportives

14 Octobre 2007 , Rédigé par Benjamin Publié dans #Bacterioblog

Comme je vous l'indique dans le titre, ce billet n'a rien à voir avec les bactéries, les sciences ou la recherche. Comme c'est dimanche, j'avais envie d'écrire quelque chose d'un peu plus léger, et de toutes façons je fais ce que je veux. Aujourd'hui, il est donc question d'athlé et de rugby!

Athlétisme :
La sprinteuse américaine Marion Jones a reconnu ce 5 octobre avoir eu recours au dopage avant les jeux de Sydney en 2000. Elle écope donc de deux ans de suspension, ce qui à 32 ans équivaut à une sortie par la petite porte. Plus qu’un coup de théâtre, cette annonce est la conclusion logique d’une carrière ternie par la suspicion et les scandales : un entraîneur sulfureux (John Smith), un compagnon dans la vie et à l’entraînement contrôlé positif à Sidney en 2000 (C. J. Hunter), un autre compagnon recordman du 100m (Tim Montgomery), lui aussi contrôlé positif et déchu de son record , des citations dans l’affaire Balco…Celle qui fut un temps l’égérie des médias était devenue persona non grata sur les tartans des meetings. Les faits reconnus étant antérieurs à septembre 2000, Marion Jones renonce également à ses médailles olympiques obtenues aux Jeux de Sidney (les palmarès seront révisés prochainement), soit trois médailles d’or et deux de bronze. Certains se rappellent sans doute qu’avant ces jeux, elle avait annoncé qu’elle décrocherait cinq médailles d’or, soit une pour chaque discipline où elle mettrait ses pointes (100m, 200m, longueur, 4x100m, 4x400m) ! Finalement, elle en aura obtenue au moins une dans chaque épreuve, ce qui est déjà un exploit... un peu suspect. La destituer de ses médailles ne va pas sans difficultés, car il faudra par exemple destituer toutes ses coéquipières du relais américain, ou encore attribuer la médaille d’or du 100m à Ekaterini Thanou, sprinteuse grecque célèbre pour s’être enfuie devant plusieurs contrôles inopinés… Tout ça m’est un peu égal, je considère plutôt que toutes ces épreuves étaient faussées. Marion Jones, c’est (c’était) aussi la deuxième femme la plus rapide du monde sur 100m, avec un temps stupéfiant de 10’’65. Elle reste cependant derrière le monstrueux 10’’49  de Florence Griffith-Joyner, une autre sprinteuse américaine, morte à 38 ans et sûrement pas des suites d’une overdose de verveine. La troisième meilleure performance de tous les temps (et probablement la plus propre, jusqu'à suspicion du contraire) est détenue par la française Christine Aaron en 10’’73.

Dernier petit détail : l’avocat de Jones a réussi à faire carrière dans la plaidoirie avec un patronyme qui ne peut pourtant pas tromper, DePippo.

Rugby:
Après avoir empêché les All Blacks de se qualifier pour les demi-finales (à défaut de décrocher une victoire absolument indiscutable), le XV de France s'est une fois de plus heurté au XV de la Rose (quelqu'un a-t-il une idée de nom encore moins viril pour une équipe de rugby?). Le théorème "en coupe du monde, les Bleus jouent leur finale en avance contre les Blacks et perdent le match suivant" se vérifie donc une fois de plus. Je salue la performance des Anglais, enterrés bien trop vite après leurs défaites en test-match contre... les Français, après leur humiliant premier match de coupe du monde (0-36 contre l'Afrique du Sud). C'est la marque des grands compétiteurs de faire mentir les pronostics et de gagner lorsque l'on est vraiment au pied du mur. A l'heure ou j'écris ce billet, l'Afrique du Sud mène 24 à 6 contre l'Argentine dans la demi-finale "hémisphère Sud". Si le score final va dans le même sens, on verra donc une petite finale France-Argentine et une finale Angleterre-Afrique du Sud, soit les répliques des premiers matches de poule! Dans ce cas de figure, je parie pour deux victoires des équipes européennes, tout simplement parce qu'il est difficile de les prendre deux fois au même piège.

Une petite anecdote pour finir: aujourd'hui dimanche, lendemain de la défaite de la France contre l'Angleterre, je prenais l'avion à Toulouse, et comme on dit dans les médias, Toulouse est un des berceaux de l'Ovalie...  Une fois à bord de l'avion, nous étions à l'écoute du message du pilote: "mesdames et messieurs, bienvenue à bord...", tout à fait classique, mais dont la suite était plus surprenante:
"exceptionnellement aujourd'hui, il n'y aura pas d'annonce en anglais".


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Louis 21/10/2007 11:25

Perdu pour le double pari !! Deux victoires de l'hémisphère sud !