Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog des Bactéries et de l'Evolution

Carnet (2)

27 Mai 2007 , Rédigé par Benjamin Publié dans #Le monde de la recherche

En attendant un prochain billet très spécial, quelques petites nouvelles du front, comme dirait Enro... A l'heure où j'écris ces lignes, un orage d'une violence appréciable secoue Paris. Il est 18h, mais les ténèbres enveloppent la ville... il fait noir comme en hiver à la même heure! Mon retour en vélo s'annonce compromis. Une heure plus tard, Je suis trempé comme un ragondin, mais en vie.

D'après un article récent, les enfants ont jusqu'à l'âge de huit mois la faculté de deviner le langage parlé par un adulte, et ce sans nécessairement entendre leur voix. Les chercheurs ont évalué cette perception de la différence de la manière suivante : ils ont présenté à leurs petits cobayes des vidéos sans bande son d'adultes en train de parler dans une langue donnée, les y ont habitués jusqu'à ce que leur temps d'attention soit constant, puis changé de langage et mesuré le nouveau temps d'attention, temps d'autant plus long qu'ils perçoivent le changement.

Le première édition du Pasteurdon a eu lieu cette semaine. je ne fais pas de pub, d'ailleurs c'est trop tard, je voulais juste souligner le caractère médiatique de cette première campagne. Huit grandes radios ont été impliquées, plusieurs célébrités, presque un téléthon... L'occasion de rappeler que le célèbre Institut fondé il y a plus d'un siècle  a toujours dépendu d'une part des subventions de l'état, d'autre part de dons et de legs (entre les deux se trouve une part de brevets).

L'université de Bristol met en ligne un site complet d'information sur les dinosaures, Dinobase. On y trouve des informations sérieuses, des sources scientifiques, mais surtout des débats un peu délirants, comme la liste des causes invraisemblables de la disparition des terrifiants sauriens il y a 65 millions d'années.

Le nombre de gènes dans le génome humain est évalué à 20 488. Ce nombre est un des plus bas jamais évoqué par des généticiens, mais il semble être plus proche que jamais de la vérité. Malheureusement, il ne s'agit que du nombre de séquences codant pour des protéines, ce qui néglige toutes les séquences codant seulement pour des ARN.

Une nouvelle encyclopédie en ligne a vu le jour. Elle se nomme Encyclopedia of Earth et se trouve à l'adresse www.eoearth.org. A la différence de wikipedia, les articles sont rédigés par des experts, et sont centrés sur la Terre, l'Ecologie, l'énergie et le climat. Puisqu'on en parle, 78% de l'électricité produite en France est d'origine nucléaire (contre 17% pour le monde entier), ce qui représente environ 40% de notre consommation totale d'énergie (contre 5% dans le monde).

Vous voulez connaître la carte du ciel au-dessus de votre tête? Rendez-vous sur Wikisky. Une peu comme dans Google Earth, mais vers le haut, on peut zoomer (presque) à l'infini pour apprendre le nom d'une étoile inconnue, le tout d'un coup de curseur. J'ignorais jusqu'à l'existence de la constellation des chiens de chasse!

wikisky.JPG

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

ugn 30/05/2007 20:26

bien, me voilà à peu près éclairée. merci !

Benjamin 30/05/2007 16:54

oula! j'ai été plutôt elliptique, alors j'explique:dans un génome donné, il est plutôt facile de repérer les séquences d'ADN codant pour des protéines, soit une catégorie de gènes:-ces séquences ont une signification en acides aminés, une fois traduites par un logiciel-elles ne sont pas interrompues par des codons stop intempestifs-une fois traduites, elles sont comparables à des protéines déjà existantes-elles présentent de plus des biais : teneur en G+C par rapport à A+T, préférence de certains codons...Il est donc facile de prédire qu'une séquence donnée est traduite (du moins qu'elle a été sélectionnée pour correspondre à une protéine)Mais les gènes, ce sont aussi des séquences codant pour des ARN à fonction biologique : ARN structuraux des ribosomes, ARN de transfert, d'interférence... Mais dans le génome, les régions destinées à être transcrites sont plus difficiles à repérer, car il y a moins de consensus sur les promoteurs et les terminateurs de la transcription que sur les ATG et codons stop qui délimitent une séquence codant pour une protéine.Conclusion : quand on annonce un nombre de gènes, il s'agit en réalité d'un nombre de séquences codant pour des protéines (connues et prédites), plus les "gènes ARN" connus. De fait, la méthode de prédiction change la définition que les auteurs donnent au gène.

ugn 30/05/2007 10:53

C'est marrant, je comprend rien du tout au dernier commentaire ci-dessus de Benjamin. Quid ??

Benjamin 27/05/2007 17:49

oui, moi aussi... tout dépend de ta défnition du gène, mais dans ce cas précis (la prédiction bioinformatique), elle doit être influencée par la difficulté qu'il y a à prédire la transcription d'une région (et si il y a une fonction associée). Prédire la traduction est tellement plus facile!

Tom Roud 27/05/2007 17:15

Tiens, c'est marrant, moi j'aurais dit que les séquences codant pour les ARN sont aussi des gènes (par exemple lin4 chez C.elegans).