Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog des Bactéries et de l'Evolution

La vérité de Claude Allègre sur la planète

10 Mai 2007 , Rédigé par Benjamin Publié dans #Environnement

Parmi les activités qui me prennent du temps-cerveau et m'empêchent de finaliser un des quelque 40 brouillons de billet,on peut trouver la lecture expiatoire du dernier livre de Claude Allègre, "Ma vérité sur la planète". On peut en résumer la thèse en une phrase: "les écologistes qui prônent la décroissance et les restrictions sont une secte verte (sic) qui manipule les foules par la peur, alors que la seule écologie souhaitable est une écologie créatrice d'emploi et moteur de la croissance économique". Le ton est donné. De manière assez flagrante, Mr Allègre balaie très souvent d'un revers de la main les propositions des écologistes avec un seul argument: "cela conduirait à mettre tant de personnes au chômage", sans même analyser l'utilité de la mesure. J'y vois pour ma part l'influence de son passage dans la politique, et une similarité flagrante avec bien d'autres sectes, dont la doctrine repose sur une apologie du confort et un rejet de la responsabilité (au hasard: Raël).

Il me fallait le lire pour m'en rendre compte, mais Mr Allègre utilise des procédés assez douteux pour faire valoir sa vison de la défense de l'environnement, c'est-à-dire pour disqualifier celle des écologistes traditionnels. En vrac et hors des faits scientifiques, on trouve donc:

  • les arguments ad hominem, des critiques adressées aux personnes pour dévaloriser leurs idées.
  • la déformation, qui vise notamment Jean-Marc Jancovici.
  • la valorisation de sa propre carrière scientifique, tout un poème!


Mr Allègre décrit sa passion pour la nature qui l'a conduit à la Géologie (il précise que grâce aux fossiles et aux cycles géochimiques, il n'a jamais quitté la Biologie... mouais, mais tant qu'on a pas fait une coloration de Gram sur du yaourt, on n'a rien fait). Il mentionne presque par hasard que sa filière avait été choisie par Pierre-Gilles de Gennes (prix Nobel) et Jean-Pierre Changeux (ex-futur Nobel).Sa carrière l'a mené aux quatres coins du globe, ce qui lui fait dire en termes à peine voilés qu'il n'a rien à envier à Nicolas Hulot, contre qui son livre est dirigé. Je rappelle que Claude Allègre est géochimiste, au demeurant brillant, dont les travaux ont principalement consisté en un décryptage de la mécanique interne de la Terre grâce à l'analyse de ses roches. Rien à voir avec le climat. A priori, il n'aurait donc aucune crédibilité pour s'opposer aux conclusions de l'IPCC (ce qui est le cas); il avance donc deux arguments qui n'ont rien à voir avec la science, mais plutôt avec les scientifiques:

  • l'IPCC n'est pas représentatif de la communauté scientifique et entretient la peur pour préserver ses crédits.
  • l'argument Wegener, un bijou que je voudrais développer ici.

Alfred Wegener était un astronome et climatologue allemand qui eu l'intuition de la dérive des continents en voyant de blocs de banquise se séparer à la surface de l'eau. Il étaya sa théorie avec des arguments géographiques, géologiques, paléontologiques pour la présenter à la société géologique d'Allemagne en 1910, et la publier en 1912 et 1915. Bien sûr, il fut accueilli comme un original et ignoré par la communauté des géologues. Allègre insiste sur le fait qu'un calcul mathématique était censé prouver à l'époque que la dérive des continents devait s'accompagner de plissement visibles de la croûte. L'erreur (car les continents dérivent bien) était en réalité que ce calcul ne considérait que la croûte terrestre et non les plaques, environ 10 fois plus épaisses. Peu importe, Mr Allègre suggère ainsi qu'on ne saurait trop se méfier des modélisations... La dérive des continents fit néanmoins son chemin chez les non-géologues, avant d'être corroborrée par des données supplémentaires dans les années 50. Claude Allègre se targue d'avoir été l'un des pionniers de cette théorie en France dans les années 70, seul ou presque contre tous ses confrères. Il en tire aujourd'hui trois conclusions:

1. Pas besoin d'être un spécialiste pour avoir raison, fût-ce contre tous les spécialistes

2. "les mathématiques à elles seules ne peuvent permettre d'expliquer un phénomène naturel dont on n'a pas compris l'essence"

3. "La vérité scientique met parfois beaucoup de temps à être acceptée" (citation d'Einstein à la clef).

Bien évidemment, ces trois conclusions justifient la position actuelle de Claude Allègre, voire lui donnent raison, c'est beau et pur comme un agneau qui vient de naître... mais ce n'est qu'un procédé. L'exemple de Wegener ne donne pas systématiquement raison à ceux qui s'élèvent seuls contre tous! Bref, la ficelle est grossière, et je recommande de ne s'attacher qu'aux arguments concernant les faits scientifiques.

Scientifiquement, son argumentation est un peu bancale: pour résumer rapidement la position de Claude Allègre, le changement climatique s'est déclaré dans les années 80 (la responsabilité de l'homme n'y est pas prouvée), contrairement à toutes les données de l'IPCC qui traduisent une hausse des températures depuis les années 50. Comment? En ne considérant que les données européennes pour cette seconde moitié du XXème siècle. Pourquoi? Parce qu'elles sont selon lui les seules fiables, "et de loin"! En 1950, on n'avait pas de thermomètre fiable aux Etats Unis? Il me semble pourtant que réfuter un phénomène global avec des données régionales revient à se placer au niveau de Raël, qui nie tout réchauffement climatique sous prétexte qu'il a fait très froid au Canada! Au surplus, l'absence de preuve n'est pas la preuve de l'absence: si l'on ne disposait pas de courbe de température pour l'Australie, cela ne signifierait pas que la température n'y a pas augmenté. Il est ensuite facile à l'auteur de jeter le discrédit sur la climatologie, puisque ses conclusions ne reposeraient que sur des modèles et non des observations, et en confondant cette discipline avec la météorologie, dont, c'est bien connu, les prédictions ne sont plus fiables après cinq jours!

Claude Allègre qualifie l'argumentation de Wegener de "précise, rigoureuse, convaincante", avec toutefois quelques savantes omissions. Si j'avais été géologue au début du siècle, je n'aurais pas trouvé "convaincante" l'idée selon laquelle les continents dérivent en labourant les fonds marins du fait de la force centrifuge de la Terre en rotation, ou encore du fait des marées lunaires! Bref, il manquait un mécanisme, ce qui n'est pas le cas pour le changement climatique.

Pour finir, je remarque juste que Claude Allègre, assez imbu de ses références scientifiques et très critique envers les "écologistes de la pénurie", omet de s'attaquer à l'astrophysicien Hubert Reeves, qui pourtant dans l'excellent "Mal de Terre" admet le réchauffement climatique et met en garde contre la tentation de la fuite en avant.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Clovis Simard 04/08/2012 00:11


Blog(fermaton.over-blog.com),No-18, THÉOREME de GIOTTO.-L'époque des maths ?

garry windust 18/03/2011 01:15



Japon : Les Pro-Atomistes.FR

“Ce n’est pas ceux qui surexploitent la nature qui détruiront le monde : Mais ceux qui les regardent faire sans rien dire!»

« Dis-moi qui te paye ! Et je te dirai qu’elles sont tes intimes convictions ou tes choix ».(L'homo synaptien)

Nous : Ils sont tous là ! Partout dans les média dans les débats :
Les Blablateurs, les bonimenteurs, Les pompiers de la peur.
Les donneurs de solutions !
Les donneurs de leçons !

La PDG d’Areva, les Ingénieurs, Les experts appointés par le lobbys Atomiste. Avec des « je pense que », des « moi je dis que » des « ICI C’est mieux » des « On a tout prévu » ou des «En France
on est les champions ».

Tous ceux qui vous expliquent Allègre en tête, avec une assurance pompeuse et dédaigneuse, d’ancien de polytechnique ou de X Mines (à + de90%) à vous lambda incultes ou écologistes « utopistes »
et « stupides » que cela ne peut pas arriver en France (le nombril du monde- le mieux du mieux) et que l’énergie renouvelable « ce n’est pas au point ». « Qu’elle n’est pas régulière et qu’elle
ne peut remplacer en tout état de cause 60 ans d’investissement ! Qu’il faut en débattre d’une façon sereine, sans profiter de manière honteuse des évènements actuels, malgré leurs dires leurs
choix Unidirectionnel et unilatéral, depuis plus d’ ½ siècle sans avoir écouté : Ceux qui après Einstein en passant par Charles Dumont, leurs disaient qu’un jour cela arrivera.

Nous ! On dit. Pour qu’elles le deviennent fiable les énergies renouvelable : ho !! Grand Génie ! L’abruti que je suis se dit qu’il faudrait peut-être que les rapaces de l’atome, ne s’accaparent
pas des 99% des budgets de recherche sur l’énergie.

L’abruti que je suis et bien d’autre n’a pas besoin d’eux pour comprendre (Comme les journalistes qui les interrogent avec des questions aussi pertinentes, que leurs connaissances technologiques.
Sont-ils plus bêtes que mes pieds ou ils se limitent pour des raisons de vulgarisation à la hauteur de ce qu’ils estiment être accessibles à notre QI d’huitre ou de néophyte.

Ecoutez les ces fameux décideurs et experts : «Ce n’est pas le tremblement de terre de force 9 sur l’échelle de Gutenberg et Richter, qui est la cause du désastre sur les centrales au Japon !
C’est la faute au Tsunami.

Et bien sûr : Les abrutis et les lambdas que nous sommes ont besoin d’eux, pour comprendre qu’une chiotte bouchée ne laisse plus passer l’eau de la chasse et qu’ils ont des problèmes
d’encombrants et de boue dans leur tuyauterie de refroidissement. Une histoire de plomberie bête comme un siphon de lavabo ! Trop Rigolo ! Une ligne électrique cassée des générateurs de secours
qui baignent. Merde ! Des milliards € d’imprévision pour cette conclusion et des salaires au PDG de 1000 plombiers ou petits électriciens, qui eux savent cela. .

Depuis leurs grands bureaux bien au chaud c’est des « techniciens de surface » qu’ils envoient au casse pipe. C’est encore eux qui pour nettoyer leur merde après et/ou refile la facture de
nettoyage ou du démantèlement aux générations futures, histoire de dire que leur énergie est la moins chère du monde, pour éliminer aussi par le prix la concurrence.

De menteur à malhonnête ou voyou ! Faites votre choix.
Ne pas promettre ce que l’on ne peut tenir ! Là se trouve le véritable danger pour la démocratie, la politique et la crédibilité de la science.

Celui qui cautionne un système potentiellement dangereux devrait être: Responsable et coupable s’il est partie prenante. Faite leur signer un papier et vous verrez tous le monde se débiner. Mais
en cas de problème comme punition = prison Non ! Qu’ils n’envoient plus les pauvres types pour un salaire de la peur !

Qu’ils y aillent eux, pour faire partie de ceux comme à Tchernobyl ! Où sur 200.000 « curateurs » les pauvres techniciens de surface, nettoyeurs, maçons ou ferrailleurs du bâtiment ont perdus
100.000 d’entre eux ! Morts aujourd’hui : + ceux qui en souffrent tous les jours héros oubliés la plupart du temps, dans leur éternelle douleur et galère de bonne à tout faire !

Ces indispensables ignares que nous seront tous un jour en France, si par exemple quelques BIG barrages sur la Dordogne ou la Garonne lâchent une vague de 20 m de haut à travers leurs vallées
respectives, pour entre autre pour amener les déchets et les boues qu’elles vont carrier jusqu’aux bouches d’accès des tuyaux de refroidissement ou sur les générateurs de secours de nos si
exceptionnelles centrales. Encore une histoire de plomberie ou d’abruti ? Je me pose la question.

Demandez leurs de signer ! Et vous verrez comme c’est des dégonflés. Le renouvelable alors trouvera des budgets pour remplacer l’atome mais nous ne rattraperons pas le temps perdu de leur faute
et par leur dédain présomptueux.

Que celui qui décide de jouer avec le feu ! Assume.

Sentence logique : S’Ils ont à ramasser leur merde. Ils seront moins nombreux à blablater.




garry windust 15/04/2010 22:50



Que faire se dit la grande Reine ? Il s’agit ici de guérir pas de prévenir. Rester, Partir !


Il n’en avait plus les moyens, sur cette terre inhospitalière, qu’il n’avait fait que détruire.


Elle convoqua ses savants : Qui lui dirent que partir par manque de temps et de budgets,


Ils ne pourraient jamais ! Ils avaient par contre une arme suprême ! Une bombe propre.


 


Si cette histoire n’a pas de fin, pas de morale, pas de suite, c’est qu’elle reste à écrire.


 


Car nous sommes des hommes à la croisée des chemins ! Et pas des vieilles fourmis.  


A moins : Qu’il ne repousse toujours au lendemain, ce qu’il aurait due faire la veille !


Pour laisser aux futures générations le soin de déterminer : « Le point de non retour »        


L’homme d’aujourd’hui est le prédateur suprême. Donc ! Son seul prédateur demain.


 


De Fascistes, de racistes, d’extrémistes seront traités alors ceux qui se seront mobilisés.


Qu’ils soient Rouges, blancs, noirs ou métis ! Mêmes s’ils n’ont jamais gouvernés.


Cherchez le mobile, cherchez l’intérêt et vous aurez de vrais intimes convictions.


Ils n’ont aucun autre argument, mais vont manipuler sur des bases humanistes.


 


Le fascisme ferme les yeux ! L’écologie les ouvre. (Windust)


 


Ce qui détruira le monde ce n’est pas ceux qui font le mal !


Mais ceux qui regardent sans rien faire (A. Einstein)


 



garry windust 15/04/2010 16:10



La fourmi rouge, la noire, la blanche et la Reine !


 


Il était une fois une fourmilière pas ordinaire.


La seule d’un grand territoire ! La terre des fourmis.


La seule qui n’était ni rouge, ni noire, ni blanche !


Grand nombre de ses occupants étaient des migrants.


 


Les Blanches étaient les survivantes d’une histoire chaotique.


Pour leurs reines ou par foi de roi et de saigneurs de guerre assoiffés.


Comme il ne pouvait y en avoir qu’un ! D’après leurs lois narcissiques.


Ils s’entretuèrent naguère ! Et prospérèrent sur le dos des colorés.


 


Les Noires avaient quitté, les guerres de ses sœurs et de leur mère.


Trop guerrières, trop de misère des mers et des terres surexploités ;


Une vie trop galère pleine de peurs et d’horreurs identitaires,


Une vie trop austère, dans des républiques sectaires ou bananières.


 


Les Rouges déçues par ses camarades de combats et de révoltes,


Qui pouvoir reçu ! Deviennent des fonctionnaires zélés et tortionnaires ; 


Sur des critères de cliques corrompus ou de nationalisme primaire !


Pour endoctriner ou envoyer au cimetière : Les contre-révolutionnaires.


 


Très Métissée maintenant ! Cette fourmilière multiculturelle avait survécue :


Par ses sciences, ses armes et les images factuelles des guerres perdues. 


Ils observaient les autres s’entretuer par faim, pour les miettes des pillages :


Que leurs anciens avaient fait soit par intérêts, soit sur des idées prés conçues.


 


Comme un miroir aux alouettes ! Elle attirait ceux et celles qui en quête ;


D’une nouvelle vie. La mort souvent en enjeux à la roulette de la chance afin :


De franchir ses frontières, par désespoir ou espoir de lendemain plus chouette.


Plus cela allez, plus le nombre croisé, plus les opinions divergées en son sein.


 


Les Noires reprochées aux Blanches ou aux Rouges leurs histoires passées !


Les Blanches leur rétorquaient que leurs anciens n’avaient pas été meilleurs !


Les Rouges disaient : Les miens se sont fait avoir par bien des promesses.


Et tous ! Reprochaient aux nouveaux d’être des délinquants et des trafiquants.


 


Un vieux refrain et bien des risques pour ce havre de paix ! Ce dit la reine.


 


Elle fit appel à ses conseillères noires, rouges, blanches et métissées ! 
 


Dans l’urgence d’un problème, qui ne faisait qu’en empirant. Et comme hier !


Pas d’histoire d’expulsions à faire ou des nouveaux efforts de guerres.


Ou encore repousser à demain ! Puisque nous n’avions pas trouvé Solution !  


 


Elles Proposèrent : Ralentir votre ponte pour faire place ! Ho Reine Mère.


Vous savez très bien que dehors, elles ne le feront point du jour au lendemain.


Ils n’ont rien voulu entendre avant ! Aujourd’hui déjà nous prélevons tant et plus !  


Sur nos générations futures pour survivre, ou calmer leurs appétits sanguinaires.




garry windust 07/04/2010 01:23



Allègre insulté dans la forme dirons certains ! Comme seule réponse sans contradiction du fond ! Un si bon Géophysicien
spécialiste de la tectonique des plaques et de tout : Du gluon


A la nano particule.


 


Mais de qui se moque-t-on ! Qui êtes-vous ? Pour salir allègre ! Et le traiter de porte fanion des idées
lobbyistes. D’être leur bouffon.  


 


Windust : Ces gens auraient-ils la mémoire courte ! Ou souffrent-ils d’une amnésie volontaire ?


 


Qui a insulté en premier et rajouté  « NOTEZ CELA ! » aux Journalistes et
Télé présentes ?


 


Ces personnes : Comme Allègre (Cela nous pend au nez à tous, avec l’âge qui avance) pour ses compétences
décidément ! A des signes inquiétants de sénescence, puisqu’il en oubli les bases de sa spécialité d’avant.  


 


Sans métaphore.


 


Les répliques sont toujours consécutives à un tremblement de terre initial.


 


La tectonique des plaques actuelle physique et numérique « n’est que remise en place ».


 


Mais comme seul :


 


L’étude de l’ordre chronologique des événements valide l’hypothèse d’un état primitif.


 


Mon diagnostic perso sera : Qu’il est peut-être atteint de la Maladie dit de « Don Quichotte »


 


Symptôme « Syndrome de persécution - agressivité injurieuse» contre des personnes physiques plus
populaire que lui Nicolas Hulot ou des prix Nobel par exemple. « Paranoïa sexuelle allègre et dissimulatrice» Individu tourmenté par un /des Mammouth(s) qui veulent le
dégraisser ou l’engrosser « Animaux pourtant disparut depuis longtemps ». Ou parce qu’avec du plâtre : Il dit avoir trouvé la solution pour faire bander un « Crocminion »
au Zizi en Dordogne en 69, sans que personne ne l’ait vue et pour pas cher.   


 


Avis d’un de ses pairs le professeur Cabrol : Tout semble normal, sauf peut-être la date ! Et que ceux qui le suivent dans son
délire sont plutôt des Néandertaliens.


 


Warning : Sans cognition et beaucoup de conviction ! Il entretient sa maladie par des publications ou la mise
en fonction de moulins à vent de forum, auprès desquels il trouve un certain public qu’il contamine. Surtout ne l’écoutez pas, vous allez oublier après comment l’histoire à commencée.
  


 


Conclusion Métaphorique : La Techtonique est une dance récente à pratiquer par les retraités avec modération, s’ils
ne veulent pas être en dehors de la plaque.   


 


 


 


 


 


 


 


 


Et puis comme il y a une autre forme de réponse avant qu’on la fasse !


Quand windust passe ! Les réponses trépassent. Reste la dérision.
 
On ne peut pas ramener sa science ou ses connaissances


Quand la rhétorique est faible ! Cela agasse les fadasses.  
Faute d'argument, la seule solution est de tourner à la dérision !
Faute de voir : L'aveugle doit se contenter d'entendre les discours  
Analyses le fond ? Mais es-tu capable de te remettre en question ?  
Non t'es Hors concours. Chao Pantin dirait mon ami Coluche sans détour.
Il avait ce don ! On ne savait pas : Si c'était du lard ou du cochon.  
 
Le Poète a toujours raison, je déclare avec Platon et compassion,